A350 XWB : un système d'atterrissage de haute volée

Alors que l'assemblage du premier A350 XWB (eXtra Wide Body) a commencé début avril à Toulouse, toutes les équipes d'Airbus, ainsi que les équipementiers associés au programme, sont mobilisés pour tenir le planning. L'avionneur européen a prévu le premier vol de son futur long courrier et moyen-porteur au premier semestre 2013. D'ici là, toute une batterie de tests de validation et de qualification seront menés afin de préparer la certification du nouvel aéronef, qui devrait entrer en service en 2014.

Doté d'un très long rayon d'action, près de 15 000 km, ce bimoteur de nouvelle génération sera proposé en trois versions : l'A350-800 (270 places) et l'A350-900 (350 places), qui seront suivies un an après par l'A350-1000 (400 places). Innovant, l'A350 XWB intègrera ce qui se fait de mieux en termes d'aérodynamique, de matériaux et de technologies, avec, à la clé une réduction de 25% de la consommation de carburant et une baisse du coût d'exploitation.

Systèmes de trains intégrés

Partenaire de très longue date de l'avionneur européen, Messier-Bugatti-Dowty occupe une place de choix sur ce programme majeur. « Nous avons été sélectionnés pour concevoir et développer les roues et freins carbone ainsi que l'ensemble des systèmes qui servent à piloter et manoeuvrer les trains avant et les trains principaux des différentes versions de l'A350 XWB. Nous fournirons aussi les atterrisseurs principaux des versions A350-800 et A350-900 », détaille Hélène Moreau-Leroy, directeur des programmes de Messier-Bugatti-Dowty.

Des objectifs ambitieux

« Si Airbus a privilégié des technologies déjà éprouvées pour les trains et les systèmes de son nouvel avion afin d'en assurer la maturité dès son entrée en service, l'avionneur a néanmoins fixé des objectifs de masse très ambitieux qui ont constitué un challenge majeur dans le développement », ajoute Hélène Moreau-Leroy. Pour répondre à cette exigence d'allègement, Messier-Bugatti-Dowty a augmenté significativement la proportion de titane à haute résistance dans la composition des différents éléments de ses trains, en particulier pour les pièces de structure. Autre nouveauté notable : l'A350 XWB sera le premier Airbus à bénéficier d'une fonction d'orientation à base de freinage différentiel qui permet à l'avion de se diriger au sol en cas de défaillance des systèmes hydrauliques ou électroniques directionnels. « L'appareil sera également doté de notre système de surveillance de pression des pneumatiques de troisième génération avec transmission des informations sans fil, précise encore le directeur des programmes. Et pour les roues et freins, les efforts de conception afin de minimiser la masse nous ont permis d'atteindre un gain substantiel de poids par rapport à la concurrence. »

Au banc d'essais

Aujourd'hui, les trains sont en phase de tests : essais de "chute libre" permettant de tester la résistance au choc au sol des atterrisseurs, tests d'endurance et d'intégration sur les bancs d'essais de Messier-Bugatti-Dowty et d'Airbus (Filton, Royaume-Uni). Les différents logiciels sont également en cours de tests sur les bancs avioniques pour vérifier notamment le bon réglage des algorithmes de freinage (efficacité du freinage, anti-patinage…). Les roues et freins sont quant à eux en phase de qualification réglementaire en laboratoire.

L'ensemble des équipements fournis par Messier-Bugatti-Dowty sera encore mis à l'épreuve cet été lors d'une campagne dite "power on", qui consiste à rassembler l'intégralité des systèmes de l'avion sur une maquette représentative afin de vérifier leur bon fonctionnement. Ainsi, l'A350 XWB se rapprochera de sa certification, étape incontournable avant sa mise en service commerciale.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer